Équilibrez vos hormones féminines grâce à un multicomplément à base d’extrait de brocoli (DIM), de rhodiole et de taurine

L’une des différences fondamentales entre le corps de l’homme et le corps de la femme est l’équilibre hormonal. Cela signifie notamment que les femmes présentent d’autres risques en termes de santé. Par exemple, l’équilibre hormonal féminin est davantage sensible au stress (de longue durée).

Le stress signifie principalement des niveaux élevés de cortisol, hormone du stress, qui s’accompagne d’un certain nombre de conséquences ennuyeuses. Outre la perturbation de la régulation de la glycémie et la dépression du système immunitaire, des taux de cortisol élevés perturbent l’équilibre hormonal féminin. En effet, une augmentation du taux de cortisol se fait au détriment de l’hormone féminine qu’est la progestérone. Ce qui induit la dominance de l’autre hormone féminine : l’œstrogène. Les « xénoœstrogènes », qui perturbent les hormones, et les médicaments, comme les contraceptifs, y contribuent également.

Le stress et la dominance d’œstrogènes réduisent la fonction thyroïdienne de façon indépendante. Il n’est donc guère surprenant que de nombreuses femmes, en particulier d’âge moyen, soient confrontées à un fonctionnement amoindri de la glande thyroïde (hypothyroïdie).
Comment réguler votre équilibre hormonal féminin ? En soutenant votre corps avec des nutriments spécifiques, à savoir la rhodiole, la taurine, l’extrait de brocoli (DIM) et les vitamines B. 

    Troubles d’origine hormonale

    Les femmes souffrent pratiquement toutes de troubles hormonaux au cours de leur vie, dans une mesure plus ou moins importante. Ces types de troubles sont résumés sous la rubrique « syndrome prémenstruel » (SPM) ou « troubles ménopausiques ». Le principal déclencheur est la dominance d’œstrogènes. Parmi les troubles pouvant être associés à la dominance d’œstrogènes :

    • Endométriose
    • Poitrine sensible et gonflée
    • Poitrine douloureuse et enflée avec formation de kystes
    • Menstruations abondantes et/ou irrégulières
    • Maux de tête
    • Surpoids
    • Fatigue
    • Sautes d’humeur (notamment anxiété et dépression)
    • Rétention d’eau
    • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

    De même, en raison d’une dominance d’œstrogènes, la femme peut déjà être confrontée au syndrome de la préménopause à un très jeune âge (fin de la trentaine).

    Le chemin vers un équilibre hormonal (plus) sain

    Pour le rétablissement, il est crucial d’apprendre à faire face au stress, en plus d’opter pour un régime essentiellement végétal et non transformé. Vous pouvez également soutenir votre corps avec des nutriments spécifiques grâce à une supplémentation ciblée

    • L’extrait de brocoli contient une concentration élevée de diindolylméthane (DIM). La recherche scientifique démontre que les « indoles » comme le DIM présentent un effet régulateur sur la détoxication des œstrogènes dans le foie. Le DIM favorise ainsi un équilibre d’œstrogènes sain et prévient la dominance d’œstrogènes. [1,2] Outre le DIM, les antioxydants et les vitamines B actives (acide folique, vit. B12) soutiennent la détoxication des œstrogènes.
    • Une carence en taurine est plus fréquente chez la femme du fait que l’excédent d’œstrogènes inhibe la synthèse de la taurine dans le foie. D’autres facteurs de risque d’une carence en taurine sont l’utilisation de contraceptifs, le vieillissement et un régime essentiellement végétarien ou végétalien. La taurine joue un rôle important dans le métabolisme et présente des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. La taurine protège en l’occurrence les cellules des lésions liées au stress et présente un effet apaisant. Elle veille, en outre, à ce que le magnésium reste dans les cellules de l’organisme. [3-6]
    • Rhodiola rosea réduit les réactions au stress dans l’organisme. La supplémentation quotidienne de la rhodiole permet de calmer les glandes surrénales. Davantage d’énergie est ainsi disponible pour la glande thyroïde et les organes génitaux féminins. La rhodiole régule le système immunitaire, à l’instar d’une foule d’autres processus hormonaux : de l’hormone de croissance, des hormones thyroïdiennes et sexuelles, à l’équilibre du glucose et de l’insuline. Par ailleurs, la rhodiole augmente les substances de communication dans le cerveau, comme la dopamine, la noradrénaline et la sérotonine. Ce qui améliore l’humeur et réduit la fatigue. La rhodiole améliore le sommeil et régule l’équilibre hormonal de la femme, ce qui augmente dès lors la fertilité. [7-10].
    • D’autres nutriments comme Cimicifuga racemosa (actée à grappes) et Angelica sinensis (angélique chinoise) ont également un effet régulateur sur le système hormonal de la femme.
    Vaste gamme de vitamines et de minéraux

    Au terme d’une étude menée pendant 8 ans chez 438 femmes, il s’est avéré que l’infertilité était inversement proportionnelle à la fréquence de la prise d’une multipréparation [11]. On connaît également l’effet bénéfique sur la santé des femmes de bon nombre de nutriments :

    • Une prise suffisante de vitamine D, de calcium et de magnésium est associée à un risque réduit d’ostéoporose. En outre, une supplémentation en calcium diminue le risque de toxémie gravidique et de faible poids à la naissance [12].
    • Un complément alimentaire à base de fer, d’iode et de zinc est nécessaire dans le monde entier en raison des nombreuses carences fréquentes chez la femme [12]. Le zinc veille également à la régulation du taux de cortisol [13].
    • En général, le magnésium apaise les glandes surrénales et réduit l’anxiété et l’agitation [14].
    • Les vitamines B sont impliquées en tant que cofacteur dans de nombreuses phases du métabolisme [15].
    Soutien ciblé de votre équilibre hormonal féminin ?

    Vous êtes une femme et vous souffrez de troubles d’origine hormonale ? Il est dès lors judicieux de jeter un œil critique sur votre mode de vie et de soutenir votre organisme à l’aide d’une supplémentation ciblée. Cela peut se faire par le biais d’un multicomplément complexe renfermant des nutriments spécifiques. Les effets bénéfiques en sont une meilleure gestion du stress et un équilibre hormonal plus stable. Les symptômes et les troubles d’origine hormonale surviennent dès lors moins fréquemment.

    Références

    1. Thomas MP, Potter BVL. The structural biology of oestrogen metabolism. The Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology, Volume 137, September 2013, Pages 27-49. https://doi.org/10.1016/j.jsbmb.2012.12.014.
    2. Chang YC, et al. 1999. Cytostatic and antiestrogenic effects of 2-(indole-3-ylmethyl)-3,3’-diindolylmethane, a major in vivo product of dietary indole-3-carbinol. Biochem Pharm 58:825-34.
    3. Ripps H, Shen W. Review: Taurine: A “very essential” amino acid. Mol Vis. 2012;18:2673-2686. 
    4. Ritz MF, Schmidt P, Mendelowitsch A. Estradiol effect on the extracellular concentration of amino acids. Neurochem Res. 2002;27(12):1677-1683.
    5. Jong CJ, Ito T, Mozaffari M, et al. Effect of beta-alanine treatment on mitochondrial taurine level and 5-taurinomethyluridine content. J Biomed Sci. 2010;17 Suppl 1:S25. DOI: 10.1186/1423-0127-17-S1-S25. 
    6. Jong CJ, Azuma J, Schaffer S. Mechanism underlying the antioxidant activity of taurine: prevention of mitochondrial oxidant production. Amino Acids. 2012;42(6):2223-2232. DOI: 10.1007/s00726-011-0962-7.
    7. Head KA, Gregory KS. Nutrients and Botanicals for Treatment of Stress: Adrenal Fatigue, Neurotransmitter Imbalance, Anxiety, and Restless Sleep. Alternative Medicine Review. 2009;14(2):114-40.
    8. Oakley AE, Breen KM, et al. Cortisol reduces gonadotropin-releasing hormone pulse frequency in follicular phase ewes: influence of ovarian steroids. Endocrinology. 2009. DOI: 10.1210/en.2008-0587.
    9. Olsson EM, von Scheele B, Panossian AG. A randomized, double-blind, placebo-controlled, parallel-group study of the standardized extract shr-5 of the roots of Rhodiola rosea in the treatment of subjects with stress-related fatigue. Planta Medica. 2009. DOI: 10.1055/s-0028-1088346.
    10. Hudson, Tori. Women’s Encyclopedia of Natural Medicine. McGraw-Hill. 2008.
    11. Chavarro JE, Rich-Edwards JW, Rosner BA, Use of multivitamins, intake of B vitamins and risk of ovulatory infertility. Fertil Steril. 2008. DOI: 10.1016/j.fertnstert.2007.03.089. 
    12. Greiner T. Vitamins and minerals for women: recent programs and intervention trials. Nutr Res Pract. 2011. DOI:10.4162/nrp.2011.5.1.3.
    13. Jessica Wang J, Um P, Dickerman BA, et al. Zinc, Magnesium, Selenium and Depression: A Review of the Evidence, Potential Mechanisms and Implications. Nutrients. 2018. DOI: 10.3390/nu10050584. 
    14.  Sartori SB, Whittle N, Hetzenauer A, et al. Magnesium deficiency induces anxiety and HPA-axis dysregulation: modulation bij therapeutic drug treatment. Neuropharmacology 2012. DOI: 10.1016/j.neuropharm.2011.07.027. 
    15. Kennedy DO. B Vitamins and the Brain: Mechanisms, Dose and Efficacy—A Review. Nutrients. 2016. DOI: 10.3390/nu8020068.