Soutenir le système immunitaire des jeunes enfants à l’aide des vitamines et des minéraux adéquats

Dès la naissance, deux mécanismes de défense importants assurent la protection contre les pathogènes : l’immunité passive et l’immunité innée.

  • L’immunité passive se base sur les anticorps de la mère. Ceux-ci sont transmis avant la naissance par le placenta et après la naissance par le lait maternel. 
  • À la naissance, l’immunité innée n’est pas encore arrivée à maturité. Le bébé peut ainsi supporter des anticorps maternels, ce qui permet de ne pas constamment activer le système immunitaire pendant le développement.

Besoin en vitamines et en minéraux des jeunes enfants :

  • L’allaitement propose le meilleur des départs dans la vie, et peut se poursuivre jusqu’à trois à six mois minimum. 
  • Le bébé est dépendant de la mère pendant l’allaitement pour les nutriments suivants : vitamine A, B1, B2, B6, B12, C, D, fer et zinc. 
  • Pendant l’allaitement, le bébé ne dépend pas de la mère pour les nutriments suivants : calcium, cuivre et magnésium.
  • Les jeunes enfants ont moins besoin de vitamines et de minéraux que les adultes. Ils courent toutefois un grand risque de développer plusieurs carences.
  • Carences courantes : fer, vitamine A, D, E, acide folique, iode, fer, sélénium et zinc.  
  • Les carences entraînent un plus grand risque de tomber malade, voire de mourir (de la diarrhée, de la rougeole ou d’une inflammation pulmonaire, surtout dans les pays en voie de développement)
  • Pour renforcer le développement immunitaire des intestins, l’enfant peut prendre des arabinogalactanes (mélèze) et des symbiotiques oraux à base d’Enterococcus faecalis

Lait maternel

Le lait maternel est le meilleur départ pour le bébé, surtout en ce qui concerne le développement du système immunitaire. Il contient différents anti-inflammatoires, anticorps, acides gras essentiels, vitamines et minéraux. Sa composition dépend évidemment de l’alimentation de la mère. Généralement, la teneur en vitamine D du lait maternel est faible et insuffisante pour répondre aux besoins du bébé. Cela vaut également pour la vitamine A et le zinc. 

Immunité adaptative

Le système immunitaire se développe au fur et à mesure que les enfants grandissent et se développent (immunité adaptative). Le système immunitaire « apprend » en étant exposé à des défis, notamment lorsque l’enfant joue dehors, est en contact avec des animaux domestiques, différents nutriments et d’autres composants environnementaux (étrangers). Plus les expériences sont variées, plus le système immunitaire se renforce. Les enfants de six ans ont plus de cellules immunitaires que les nourrissons, mais en ont moitié moins que les adultes.

Les jeunes enfants sont plus sensibles aux infections

Comme l’immunité innée et adaptative n’a pas encore atteint sa maturité, les jeunes enfants sont plus sensibles aux infections que les adolescents et les adultes. Les jeunes enfants présentent donc un risque plus élevé d’exposition aux agents pathogènes à la crèche ou à l’école. 

Les nourrissons et les jeunes enfants courent toutefois un grand risque de développer plusieurs carences. Les quatre carences les plus courantes dans le monde sont la vitamine A, l’iode, le fer et le zinc. Dans le monde occidental, le jeune enfant a également des carences, principalement en vitamines C, D et B. Les carences en vitamines et en minéraux hydrosolubles se produisent régulièrement parce que les enfants sont difficiles sur ce qu’ils mangent et que les légumes verts (à feuilles) sont souvent perçus comme peu savoureux. 

Si l’enfant souffre d’une ou de plusieurs infections, cela augmente considérablement ses besoins en nutriments essentiels. La plupart des infections chez les enfants (comme la varicelle ou la rougeole) ne se produisent qu’une seule fois et assurent ensuite une immunité à vie. En revanche, les rhinovirus, à l’origine des rhumes, entraînent souvent plusieurs infections. Par exemple, il a été constaté que les enfants de moins d’un an ont en moyenne six rhumes par an. La fréquence diminue avec l’âge pour atteindre environ trois rhumes par an chez les enfants plus âgés (10-14 ans). Les infections des voies respiratoires inférieures (par exemple les bronchites) sont plus fréquentes chez les enfants de moins de cinq ans que dans toute autre tranche d’âge. Les facteurs de risque comprennent la pollution de l’air et l’allaitement maternel sous-optimal. 

Découvrez les caractéristiques spécifiques du système immunitaire et les besoins en vitamines et en minéraux des adolescents, des adultes et des personnes âgées.
 

Référence

Maggini S, Pierre A, Calder PC. Immune Function and Micronutrient Requirements Change over the Life Course. Nutrients 2018.