Sélénium

Description

La teneur en sélénium des aliments est notamment déterminée par la teneur du sol et l’utilisation d’engrais contenant du sélénium. Le pH et le taux d’humidité du sol déterminent l’absorption du sélénium par la plante. Une carence en sélénium survient donc principalement dans les régions où le taux dans le sol est faible. Le Danemark, la Finlande, la Nouvelle-Zélande et la Russie, en particulier, sont réputés pour leurs très faibles quantités de sélénium dans leurs sols. Toutefois, aux Pays-Bas et en Belgique, le sol présente également une faible concentration de sélénium. Le sélénium agit en se liant aux protéines, également connues sous le nom de sélénoprotéines (par ex. sélénocystéine). Le sélénium fait également partie intégrante des deux enzymes importantes, à savoir la glutathion peroxydase (GPx) et l’iodothyronine désiodase. Les deux enzymes sont présentes dans de nombreux tissus, y compris la glande thyroïde. L’iodothyronine désiodase catalyse l’activation de la T4 en T3 active et est également impliquée dans la diminution de la T3 inverse. La GPx et la thiorédoxine réductase sont exprimées dans le tissu thyroïdien et protègent la glande thyroïde du peroxyde d’hydrogène. La synthèse d’hormones thyroïdiennes induit la production de peroxyde d’hydrogène. 

Études

L’une des premières études vers une supplémentation en sélénium a été menée chez des enfants scolarisés en République démocratique du Congo. Trente-cinq écoliers présentaient une sévère carence en sélénium et une carence en iode modérée. Après 2 mois de supplémentation en sélénium (50 mg par jour), le statut de sélénium a considérablement augmenté dans le groupe de la supplémentation, pas dans le groupe témoin. Le total sérique moyen de la T4, la T4 libre et la concentration de T3 inverse ont considérablement chuté avec la supplémentation en sélénium sans augmentation concomitante de la concentration sérique de TSH. Ces données laissent entendre que dans les régions présentant des carences en iode, une correction de la carence en sélénium sans supplémentation d’iode augmente la conversion de la T4 en T3 à la suite de la dégradation, renforcée par le sélénium, des hormones thyroïdiennes par désiodation. Par l’administration d’huile iodée aux enfants, toutes les concentrations d’hormones thyroïdiennes se sont normalisées. Ces résultats ont conduit à la conclusion qu’une simple supplémentation en sélénium n’est pas judicieuse dans une région où une carence en iode et une carence en sélénium coexistent souvent.

Une autre étude a examiné l’incidence de la supplémentation en sélénium chez les femmes enceintes italiennes. Elles présentaient un risque accru de trouble de la glande thyroïde postpartum et une hypothyroïdie permanente en raison de tests positifs pour les anticorps anti-thyroperoxydase (anti-TPO). Un groupe a été assigné au hasard pour recevoir 200 mg de sélénium/jour. L’autre groupe a reçu un placebo quotidien à partir de 12 semaines de grossesse jusqu’à 12 mois après l’accouchement. Il a été recommandé aux femmes de consommer du sel iodé à domicile. Les concentrations sanguines de sélénium ont augmenté de façon significative dans le groupe qui a reçu du sélénium, par rapport à celles qui ont reçu le placebo. Les détails sur les concentrations finales de T4 n’ont pas été publiés, mais moins de femmes du groupe sélénium ont développé une hypothyroïdie permanente par rapport au groupe placebo. En outre, la supplémentation en sélénium a réduit les titres d’anti-TPO. Les auteurs concluent qu’une supplémentation en sélénium pendant la grossesse et les 12 premiers mois suivant l’accouchement réduit le risque d’inflammation de la glande thyroïde chez les femmes enceintes avec anti-TPO.

Interactions

Des interactions avec des médicaments naturels et/ou classiques sont possibles.

Références
  1. McLean E, Cogswell M, Egli I, et al. World Health Organization. Worldwide prevalence of anemia 1993–2005: WHO global database on anemia. Public Health Nutr. 2009 Apr;12(4):444-54.DOI: 10.1017/S1368980008002401.
  2. Zimmermann MB, Hess SY, Adou P, et al. Thyroid size and goiter prevalence after introduction of iodized salt: a 5-y prospective study in schoolchildren in Côte d'Ivoire. Am J Clin Nutr. 2003 Mar;77(3):663-7. 
  3. Hess S. The impact of common micronutrient deficiencies on iodine and thyroid metabolism: the evidence from human studies. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab. 2010 Feb;24(1):117-32. 
Entrez l'ingrédient et trouvez les produits correspondants :