Renforcer l’immunité des voies respiratoires avec Enterococcus faecalis

Une bonne immunité commence dans l’intestin. Le système immunitaire de la muqueuse intestinale (tissu lymphoïde associé au tube digestif, GALT) s’attaque en principe à l’exposition quotidienne à de grandes quantités de micro-organismes et d’antigènes alimentaires étrangers.

Le système immunitaire ingénieux de la muqueuse intestinale comprend des propriétés comme le tissu lymphoïde associé à l’intestin, les cellules immunitaires muqueuses, les cytokines, les chimiokines, les peptides antimicrobiens, les IgA sécrétoires et les bactéries commensales. Le tissu lymphoïde en particulier est important pour le contrôle. Le tissu lymphoïde se compose des amygdales, des follicules lymphoïdes de la base de la langue et du nasopharynx, et des cellules M au niveau des plaques de Payer (intestin grêle). 

Stimulation du tissu lymphoïde

Pour stimuler suffisamment le tissu lymphoïde, un nombre suffisant de souches de bactéries aérobies symbiotiques, comme Escherichia coli et Enterococcus faecalis non pathogènes, s’avère nécessaire. Ces bactéries entrent directement en contact avec le tissu lymphoïde. Elles stimulent le système immunitaire et déclenchent le système immunitaire en cascade. C’est ce qui active en premier les lymphocytes T et B. Les lymphocytes T mobilisent les macrophages et les lymphocytes B migrent vers les muqueuses par la lymphe et le sang. Ils y forment l’immunoglobuline A qui est excrétée en IgAs (sécrétoires). Cette IgAs est un premier mécanisme de défense particulièrement important dans l’organisme. Elle empêche les virus et les bactéries de nicher sur la muqueuse. 

Enterococcus faecalis protège spécifiquement les voies respiratoires

La modulation du système immunitaire est une condition préalable importante pour étouffer les infections naissantes dans le germe. Les cellules immunitaires spécifiques, les lymphocytes T régulateurs (Treg), y jouent un rôle crucial. Les cellules Treg garantissent un équilibre favorable à la santé entre les cellules Th1 et Th2. Le tissu lymphoïde de la paroi intestinale produit les cellules Treg. La souche probiotique Enterococcus faecalis renforce spécifiquement la muqueuse des voies respiratoires [1]. Les chercheurs qualifient l’innocuité et la tolérance d’Enterecocus faecalis comme « bonnes » et « très bonnes ». Elle protège la vaste zone respiratoire des sinus et des bronches. 

Pourquoi les symbiotiques fonctionnent :

  • Les muqueuses sont des composants centraux de notre système immunitaire.
  • Il y a un lien direct entre le système immunitaire muqueux des sinus et celui de toutes les autres muqueuses via la circulation sanguine.
  • L’intestin est le plus grand organe immunitaire en termes de superficie et contient quelque 80 % de l’ensemble des cellules immunitaires.
  • Commencer par le renforcement du système immunitaire des muqueuses : telle est la meilleure approche préventive.
  • Une consommation variée de légumes (> 500 grammes) est la meilleure base pour un microbiome sain [2]. En outre, une supplémentation en prébiotiques et en symbiotiques peut contribuer à une diversité saine du microbiome [3].
  • Ils activent la microflore, augmentent la barrière de défense des muqueuses et harmonisent l’activité immunitaire des cytokines.

Les avantages de symbiotiques liquides : 

  • Effet direct sur le système immunitaire des muqueuses
  • Première résorption de substances immunologiquement actives au niveau de l’anneau de Waldeyer (anneau de tissu lymphoïde autour de l’entrée de la gorge formé par les amygdales, les follicules lymphoïdes à la base de la langue et le nasopharynx). Avec des gélules et des comprimés, ce contact n’existe pas.
  • Les concentrés bactériens liquides d’Enterococcus faecalis vivantes et mortes augmentent directement la production d’IgAs. Ce qui renforce la muqueuse nasale, bronchique et intestinale. La pénétration de virus et de bactéries pathogènes s’en trouve ainsi réduite. [1].
  • Les symbiotiques liquides sont disponibles sur le marché depuis cinquante ans déjà et sont extrêmement sûrs à l’usage.

Conseils d’utilisation des symbiotiques liquides Enterococcus faecalis 

  • Enfants et adolescents de 2 à 18 ans : 3 x 5 gouttes en prise orale + 2 x 2 gouttes dans le nez Augmenter la dose orale à 3 fois 20 gouttes par jour pendant deux semaines
  • Adultes : 3 x 10 gouttes en prise orale + 3 x 2 gouttes dans le nez Augmenter la dose orale à 3 fois 30 gouttes par jour pendant deux semaines. 

Généralités

  • Garder les gouttes dans la bouche pendant une minute puis gargariser avant d’avaler.
  • Prise le matin au lever, le midi avant le repas et le soir avant le coucher.
  • Maintenir la dose pendant 4 à 6 semaines
  • Conserver l’emballage ouvert au frais.

Davantage d’informations ? Consultez la brochure générale de Symbiopharm ici

Références

  1. Kitz R, Martens U, Zieseniss E, et al. Probiotic E. faecalis – adjuvant therapy in children with recurrent rhinosinusitis. Central European Journal of Medicine. Juin 2012.
  2. Laitinen K, Mokkala K. Overall Dietary Quality Relates to Gut Microbiota Diversity and Abundance. Int J Mol Sci. 2019.
  3. Martens K, Pugin B, De Boeck I, et al. Probiotics for the airways: Potential to improve epithelial and immune homeostasis. Allergy. 2018.
  4. Habermann w, Zimmermann K, Skarabis H, et al. Arzneim-Forsch. 2002, 52 (8), 622-7
  5. Habermann w, Zimmermann K, Skarabis H, et al. Arzneim-Forsch. 2001, 51 (11), 931-7.